Science du climat Histoire | 1820 - 1930 | Fourier Arrhenius

 Les sciences du climat Découvertes: 1820 - 1930

Image Source  SKS CC3.0   |   Translatiion allemand  Grand or Petit

 

 

Partie 1 de 3

200-ans de découvertes scientifiques sur le changement climatique mondial

Adapté de L'article de John Mason au SkepticalScience.com

 

Dans les années 1820 en France, Jean Fourier étudie le comportement de la chaleur lorsque ses calculs révèlent que la terre ne doit pas être aussi chaude qu'elle l'est. Autrement dit, la terre est trop petite et trop éloignée du soleil pour qu'elle soit aussi chaude et habitable qu'elle l'est. À lui seul, le rayonnement solaire ne suffit pas. Alors, qu'est-ce qui réchauffait la terre? En réfléchissant à cette question, il a fait quelques suggestions. Parmi eux, il y a l'idée que l'énergie thermique du soleil pénètre dans l'atmosphère terrestre et que certaines ne s'échappent pas dans l'espace. L'air réchauffé, soupçonnait-il, devait agir comme une sorte de couverture isolante. Il avait décrit ce qui est maintenant connu sous le nom d'effet de serre. Fourier a été le premier à le faire.

Dans les années 1820, Fourier n'avait pas la technologie pour effectuer les mesures nécessaires à l'exploration de son hypothèse. Des décennies plus tard, l'historien de la nature de Victoria, John Tyndall, a apporté une nouvelle perspective à la question et à la suggestion de Fourier. En tant qu'alpiniste passionné, Tyndall a observé des preuves de changements induits par le climat dans les calottes glaciaires, et il a mené des expériences pour mesurer les propriétés de piégeage de la chaleur. Cela a conduit à sa découverte que la vapeur d'eau et le dioxyde de carbone sont bons pour piéger la chaleur.

Les idées de Tyndall ont capturé l'intérêt d'un scientifique suédois. Svante Arrhenius a compris que la température de la Terre n'est pas régulée par la vapeur d'eau car elle se recycle rapidement dans et hors de l'atmosphère. Au contraire, il a vu que le dioxyde de carbone régule la température directement car il s'agit d'un résident de l'atmosphère de longue durée qui change relativement lentement au fil du temps.

Alors qu'Arrhenius explorait ces questions, il a travaillé avec son collègue Arvid Hogbom, un géologue suédois qui étudiait les cycles naturels du dioxyde de carbone. Hogbom avait découvert que CO2 les émissions des usines de charbon étaient similaires aux émissions de certaines sources naturelles. Les deux chercheurs ont demandé ce qui se passerait si les émissions d'origine humaine augmentaient et s'accumulaient au fil des siècles. Arrhenius a calculé que doubler la concentration de CO2 dans l'atmosphère augmenterait la température moyenne mondiale de 5 à 6 ° C. Sa conclusion a été contestée et non acceptée. La confirmation prendrait des décennies.

>> Partie 2

 

 

Série complète

 

CO2.Terre  Partie 1: 1820 - 1930 | Fourier Arrhenius  [SKS 1]

CO2.Terre  Partie 2: 1931 - 1965 | Hulburt à Keeling  [SKS 2]

CO2.Terre  Partie 3: 1966 - 2012 | Manabe à nos jours  [SKS 3]

SKS  Histoire des sciences du climat (1820 à nos jours | Version longue)

 

Liens

 

AIP  Weart | La découverte du réchauffement de la planète (livre en ligne)

CO2.Terre  Weart | La découverte du réchauffement de la planète